gallery/capture d’écran 2019-09-11 à 19.20.45
gallery/moi aedam (1)

A propos de nous

Co-fondateurs et rédacteurs

 

Stéphane LELIÈVRE

Stéphane Lelièvre est agrégé de lettres modernes, docteur en littérature comparée, maître de conférences en littérature comparée, responsable de l’équipe « Littérature et Musique » du Centre de Recherche en Littérature Comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université. Auteur d’une thèse intitulée Hoffmann, la musique et la France, d'une anthologie de contes fantastiques et musicaux du XIXe siècle : Littérature et musique : l’alchimie fantastique (Aedam Musicae), il a également fait paraître les actes de plusieurs colloques qu’il a organisés ou co-organisés : Écrire (sur) la musique (Comparatisme en Sorbonne), Le Musicien raté (Aedam Musicae, à paraître), Figures littéraires du musicien (Comparatisme en Sorbonne), Figures musicales de l’écrivain (Comparatisme en Sorbonne). Il  a publié de nombreux articles dans des revues comparatistes ou musicologiques et collabore fréquemment avec divers opéras pour la rédaction de programmes de salle (Opéra national de Paris, Opéra-Comique, Opéra national du Rhin, Opéra de Tours,…) Il est co-fondateur et rédacteur en chef de Première Loge.

 

 

Romaric HUBERT 

 

Après des études d’orgue, de piano, de saxophone et de chant au Conservatoire des Coëvrons en Mayenne, Romaric Hubert intègre la classe d’art lyrique du Conservatoire de Rennes. Il débute en parallèle sa formation en musicologie à l’Université de Rennes 2 Haute-Bretagne. Pour compléter et diversifier son parcours, il rejoint ensuite les Chantres du  Centre de Musique Baroque de Versailles et étudie l’art dramatique au Conservatoire du XXe arrondissement de Paris.

Romaric Hubert est également licencié en musicologie de la Sorbonne de Paris. Membres des chœurs de l’Opéra de Rennes et de Paris, il a été sollicité par des ensembles renommés tels que les Arts Florissants et Accentus. En soliste, il interprète un répertoire large et varié allant de Colas dans Bastien et Bastienne de Mozart à Michele dans Il Tabarro de Puccini en passant par le Baron dans La Vie parisienne de Jacques Offenbach.

Passionné de la voix sous toutes ses formes, Romaric Hubert est titulaire d’une certification qualifiante professionnelle d’animateur radio délivrée par l’Institut National de l’Audiovisuel. Il a  fait ses premiers pas au micro sur France Musique.

Pour promouvoir l’opéra et développer ses projets de mise en scène, il a fondé la compagnie Les Papillons Electriques avec sa complice Jeanne-Sarah Deledicq. En 2019, il crée, avec Stéphane Lelièvre, Première loge, un site internet consacré à l’art lyrique et à ceux qui le font vivre, les artistes.

 

 

Rédacteurs

 

 

Pierre BREVIGNON

"La musique est une chose trop sérieuse pour être confiée à des musicologues". Fort de ce principe, Pierre Brévignon jongle depuis plus de quinze ans avec les notes et les mots, tour à tour dans les programmes de l'Opéra de Paris, sur les sites d'actualité musicale et les ondes de Radio France, dans les livrets de CD ou les salles de conférence de la Philharmonie, à la tête de l'Association Capricorn (www.samuelbarber.fr) et en signant des portraits de pianistes pour les Concerts de M. Croche. Street-artiste à ses heures, il a posé nuitamment au 12 rue Saint-Louis-en-l'Île une plaque au pochoir en hommage à Henri Dutilleux, après qu'un élu inculte a cru bon de se demander si le compositeur de Shadows of Time était aussi peu fréquentable que Louis-Ferdinand Céline. Parmi ses publications, on peut citer le Dictionnaire superflu de la musique classique (Castor astral, avec Olivier Philipponnat, 2015), la première biographie française consacrée à Samuel Barber (Samuel Barber, un nostalgique entre deux mondes, éditions Hermann, 2012) et un volume consacré au Groupe des Six (Actes Sud, 2020). Comme Pierre Desproges, son oeuvre préférée de Mozart est le Requiem de Fauré.

 

Laurent BURY

Une fois hors d'un charnier natal assez septentrional, Laurent Bury a longtemps habité sous les vastes portiques du 123, rue Saint-Jacques, du 45, rue d'Ulm et du 1, rue Victor Cousin (et même ensuite du 86, rue Pasteur, 60007). Longtemps, il s'est couché de bonne heure aussitôt après les spectacles que, de 2011 à 2020, il allait voir pour un autre site opératique. Papillon inconstant, farfallone amoroso, il vole, vole désormais entre diverses publications, quand il ne joint pas sa voix à celle d'autres Disputeurs sur les ondes nationales

 

 

CARTOUCHE  (à droite sur la photo)

Premier baryton de la troupe Eratori, dédiée pour l’instant à la défense de l’œuvre lyrique de Claude Terrasse (1867-1923), Cartouche est désagrégé d’anglais et l’auteur d’une thèse de doctorat sur les opéras de Benjamin Britten pour laquelle, en quête d’inspiration, il a dormi dans le lit de Morgan Forster à Aldeburgh, dont les draps avaient été changés depuis sa mort en 1970. Il a échappé de peu au supplice de la roue et coule une retraite active après avoir officié à l’université de Caen, où il a organisé plusieurs colloques autour de l’opéra et le monde anglophone. Sa recherche porte sur Texte et Musique. Au demeurant le meilleur fils du monde, il est parfois ronchon mais comment ne pas l’être quand Boris Johnson et Donald Trump, handicapés capillaires, sont à la manœuvre ?   

 

 

Félicité CHARMILLE

Née à Oucques-la-Joyeuse en 1805, Félicité Charmille est une poétesse romantique injustement méconnue, auteure de recueils poétiques (Marguerites et renoncules, 1832), de romans (Le Papillon énamouré, 1848) ou encore d'essais philosophiques (La Beauté des choses, 1851). Mélomane passionnée, sa longévité exceptionnelle (elle meurt à Bourg-la-Reine en 1904), lui permit d'être  l'amie intime de Rossini, Bellini, Donizetti, Verdi, Wagner, Moussorgski, Berlioz, Offenbach, Gounod, Liszt, Schumann, Bizet, Thomas, Hervé, Planquette et Debussy. Son esprit hante encore les salles de concerts, et elle nous envoie à l'occasion les commentaires que lui inspirent les spectacles du XXIe siècle.

 

François DESBOUVRIES

Scientifique de formation et de profession (il est enseignant-chercheur en mathématiques appliquées), François Desbouvries n’en est pas moins passionné par l’art : la littérature, la peinture, et bien sûr... la musique en général, et l’opéra en particulier. Il fréquente assidûment les salles de concerts et d’opéras depuis une trentaine d’années, et n’a de cesse de faire partager sa passion, notamment via le site Première Loge dont il a rejoint l’équipe de rédaction en janvier 2020.

 

Marc DUMONT

Marc Dumont a toujours lié ses deux passions : l’Histoire et la Musique. Par ses études, l’enseignement, l’écriture (d’articles comme de spectacles), mais aussi – surtout ! – à la radio. De TSF 93, radio privée, il est passé à la vaste Maison ronde : Radio Bleue, France Culture et France Musique. C’est là que, de 1985 à 2014, il a présenté des centaines de concerts et animé de multiples émissions. Depuis, il se consacre à des conférences et animations (Philharmonie de Paris, Printemps des Arts de Monte-Carlo, Strasbourg, Besançon ou Pontoise). Comme auteur et récitant, il a été en charge d’un spectacle autour du 2e concerto de Rachmaninov, dans la grande salle de la Philharmonie de Paris, en 2016. Il rédige actuellement un livre où Musiques et Histoire se croisent sans cesse. Enfin, il propose des « Invitations aux Voyages », qui sont des rencontres autour de deux invités, en vidéo. 

 

Raffaele D'EREDITÀ

Né à Palerme, Raffaele D'Eredità obtient la Laurea (Master 2) en Disciplines Musicologiques à l'Université de Palerme. Il a entrepris ensuite une activité de ténor lyrique et d'écrivain dans son pays d'origine. En 2016, il soutient une thèse de  Doctorat en Musicologie à l'Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Jean-Pierre Bartoli et Jean-Christophe Branger,  avec une  analyse esthétique musicale des dernières œuvres de Jules Massenet.  Il a publié une série d’articles dans différentes revues  et collections scientifiques telles que : Tempus-Perfectum  (Symétrie), les Publications de l'Université de SaintÉtienne (PUSE) et Ad Parnassum. Il collabore aux activités de l’UMR IReMus (Institut de Recherche en Musicologie), et d’autres institutions européennes telles que le Théâtre de l’Opéra National de Paris. 

 

 

Marie GABORIAUD

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres et docteure en littérature de l'Université Paris-Sorbonne, de l'Université de Bonn et de l'Université de Florence (codiplomation). Elle est spécialiste des liens entre musique et littérature, et des phénomènes de canonisation des figures de musiciens. Elle a notamment publié Une vie de gloire et de souffrance. Le Mythe de Beethoven sous la Troisième République (2017), qui a été finaliste du Prix France Musique des Muses en 2018. Mélomane, et flûtiste à ses heures perdues, elle vit actuellement à Gênes où elle est lectrice d'échange à l'Université.

 

 

Patrice GAY

Patrice Gay est agrégé de Lettres modernes. Après des études de Lettres à l’Université de Clermont-Ferrand, il enseigne en collège, puis en lycée. Il est aujourd’hui professeur de culture générale en classe préparatoire économique à Versailles. Passionné d’opéra, il a conduit de nombreux projets pédagogiques autour d’un spectacle lyrique (Châtelet, Opéra national de Paris, TCE) avec des élèves de lycée (seconde et première) et également avec des étudiants de CPGE technologique.

 

 

Nicolas LE CLERRE

Rien ne prédisposait Nicolas Le Clerre à s’essayer un jour à l’exercice de la critique musicale et s’il était besoin de chercher les origines de sa passion pour l’art lyrique, il faudrait replonger à l’époque où, élève en khâgne à Nancy, il assista à sa première représentation d’opéra. Le programme de salle citait de larges extraits de la Vie de Rossini par Stendhal et il se reconnut aussitôt dans le portrait du dilettante incapable de pouvoir dire quatre notes de suite sans chanter faux mais hors d’état de résister à la force entrainante de la musique. Depuis cette représentation du Barbier de Séville, Nicolas Le Clerre n’a quasiment manqué aucune des productions de l’Opéra National de Lorraine, sa passion du beau chant le conduisant aussi à fréquenter les théâtres parisiens, le San Carlo de Naples, le Semperoper de Dresde et le Metropolitan Opera de New-York. Collectionneur compulsif de disques, admirateur idolâtre de l’art de Maria Callas, Nicolas Le Clerre est par ailleurs professeur d’Histoire-Géographie et membre de la Société Philomathique de Verdun. Il publie régulièrement dans les revues d’histoire locale Connaissance de la Meuse, Terres d’Argonne et le Bulletin des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie de la Meuse.

 

 

Tom MÉBARKI

Actuellement doctorant et ATER dans le secteur Musicologie de l’Université d’Aix-Marseille, Tom MÉBARKI (PRISM-CNRS – LESA | AMU – CleMM), poursuit une thèse sur la “Folie organisée” stendhalienne dans l’opera buffa rossinien. Ses domaines de recherche tournent autour de la transhistoire de la musique, et plus particulièrement la question de la contemporanéité du répertoire ancien par une lecture herméneutique. Parallèlement à ses activités universitaires, il cultive un registre de contre-ténor qui l’amène à se produire en France et à l’étranger et organisateur par ailleurs plusieurs festivals dans le Sud de la France. Tom MÉBARKI est lauréat 2019 du concours international « Ma thèse en 180 secondes ».

 

 

 

Sabine TEULON-LARDIC

Sabine Teulon Lardic est docteure en musicologie de Paris-Sorbonne, chercheure à l’université de Montpellier 3 (laboratoire CRISES). Elle participe aux colloques annuels de l’Opéra-Comique de Paris depuis 2011 et signe des articles pour les programmes de salle (Opéra-Comique, Opéra de Montpellier). Elle a publié dans la Revue de musicologie, dans les collectifs L’Invention des genres lyriques français (Symétrie), Les Lieux de l’opéra en Europe (Ecole des Chartes, 2017). Elle collabore au site international Carmen Abroad (C. Rowden et R. Langham, dir.). Avec J.-C. Branger, elle coédite Provence et Languedoc à l'opéra en France au XIXe siècle (P.U.S.E., 2017), sélectionné en finale du Prix France Musique des Muses 2

 

 

 

YSEULT

Encore appelée Yseult la Blonde, Yseult est reine de Cornouailles. Épouse du Roi Marc, elle n'en est pas moins passionnément amoureuse de Tristan. Lorsque ses escapades dans la forêt du Morrois le lui permettent, Yseult se livre à des activités de chercheuse, de musicienne et de pédagogue. Elle fréquente également assidûment les salles d'opéras, et envoie à l'occasion ses impressions de spectatrice à Première Loge.

 

 

 

 

gallery/pg
gallery/iseult
gallery/2019raffaeledereditaebimg_1119
gallery/félicité charmille
gallery/marc dumont photo 1  (1)
gallery/maris g
gallery/tom
gallery/pierre b
gallery/fd
gallery/teulon lardic au prix des muses
gallery/nicolas
gallery/gilles
gallery/laurent bury