GENÈVE 2020-2021 : deuxième saison pour Aviel Cahn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une longue fermeture due au Coronavirus, le Grand Théâtre de Genève rouvre ses portes et se dit heureux – et même euphorique – de retrouver son public à l’occasion,  notamment, de deux récitals de Jonas Kaufmann et de Sabine Devieilhe. Deux événements qui ne concerneront cependant que 300 spectateurs  (en fait, 300 heureux « invités ») afin que soient respectées les normes sanitaires. Les concerts de cette réouverture seront néanmoins disponibles en streaming pour le véritable public.

 

Dans la foulée est égfalement annoncée la saion 2020-2021 du Grand Théâtre. La première saison d’Aviel Cahn a, comme il se doit, plus d’une fois créé l’événement, avec une programmation ambitieuse et des mises en scène calibrées pour faire le buzz. Elle a aussi engendré quelques déceptions et surprises pas toujours heureuses (mais n’est-ce pas le lot de toute maison d’opéra ?), avec notamment des Huguenots peu convaincants, et surtout un Enlèvement au sérail dont la logique va très exactement à l’encontre de ce qu’Aviel Cahn déclarait il n’y a guère à nos confrères d’Opéra Magazine : « Je ne vais pas utiliser Salome pour évoquer le sort des réfugiés ! Partons du principe qu’être iconoclaste consiste à se demander ce qu’une œuvre peut nous raconter aujourd’hui : je préfère ne pas la mettre à l’affiche, plutôt que de la tordre dans tous les sens. » (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La saison 2020-2021 s’annonce plutôt sage dans les titres proposés, et invitera quatre spectacles déjà connus : L’Affaire Makropoulos et Pelléas et Mélisande dans des productions déjà proposées par Aviel Cahn à l’ Opera Vlaanderen en 2016 et 2018, le Candide de Barrie Kosky (Komische Oper de Berlin) ou le Messie version Mozart vu par Bob Wilson (Salzbourg 2020). En revanche, si l’on excepte précisément les venues de Barrie Kosky et de Bob Wilson, les mises en scène permettront de découvrir ou de retrouver des noms autres que les Tcherniakov, Py, Marthaler, Bieito, ou Warlikowski dont, quels que soient les talents respectifs, on est en droit de trouver la présence un peu envahissante sur les scènes européennes… On pourra donc compter sur  Daniel Kramer (Turandot), Kornél Mundruczó (L’Affaire Makropoulos), Damien Jalet et Sidi Larbi Cherkaoui (Pelléas et Mélisande), Milo Rau (La Clémence de Titus), Michael Thalheimer (Parsifal), Franck Chartier (Didon et Énée) ou Karin Henkel  (La Traviata) pour nous surprendre, nous agacer, nous révolter, nous émerveiller.

 

Côté musique, nous entendrons entre autres Marc Minkowski dans Le Messie, Emmanuelle Haïm dans Didon et Enée, Ingela Brimberg dans Turandot ou encore Enea Scala et Ekaterina Bakanova dans La Traviata.

 

Stéphane Lelièvre

 

(1) Opéra Magazine n° 156 (janvier 2019)

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/Genève_c_Fabien_Bergerat_01

L'Affaire Makropoulos et Pelléas et Mélisande à l’ Opera Vlaanderen en 2016 et 2018