À voir bientôt à l’Athénée :

 

CRESUS de Reinhard Keiser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Présomptueux, terrassé et à nouveau réconforté Croesus. Singspiel en 3 actes, musique de Reinhard Keiser, livret de Lukas von Bostel. Créé à Hambourg en 1711.

 

 

DISTRIBUTION :

Crésus, roi de Lydie   Ramiro Maturana
Elmira sa bien-aimée   Yun Jung Choi
Clerida, princesse lydienne   Marion Grange
 

Clavecin   Benoît Babel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les opéras représentés à Hambourg mélangent l’italien à la langue vernaculaire – c’est notamment le cas d’Almira (1705), sur un livret dont Keiser n’avait pas voulu et qu’il confia donc à un jeune homme qui jouait du violon dans l’orchestre du Gänsemarktoper, un certain Georg Friedrich Haendel.

 

Ce Crésus, Harmonia Mundi en avait ensuite publié une intégrale enregistrée en studio en mars 2000 (pour l’anecdote, on retiendra que des extraits en avaient été gravés en 1965 avec notamment Hermann Prey dans le rôle-titre, et Theo Adam). Rien ne laissait penser qu’on pourrait un jour le réentendre, surtout en France. Heureusement, la présence à Paris du chef et violoniste Johannes Pramsohler a permis à ce projet de voir le jour : avec l’ARCAL, compagnie nationale de théâtre lyrique et musical, il a d’abord monté Didon et Enée, mais il espérait bien pouvoir monter un jour l’opéra de Keiser. C’est maintenant chose faite, puisque l’on pourra voir Crésus pour six représentations données à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet du 30 septembre au 10 octobre (après quoi le spectacle sera présenté au Perreux et à Herblay).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Place ensuite à la musique, avec au clavecin le chef de chant Benoît Babel, et trois des chanteurs qu’on pourra applaudir à l’Athénée. Le baryton chilien Ramiro Maturna interprète avec panache deux des trois airs de Crésus (même si l’opéra porte son nom, le roi y est finalement assez peu présent), deux airs correspondant à deux moments bien différents du parcours du personnage, d’abord sûr de son pouvoir et de sa richesse, puis enchaîné par son ennemi. Dans l’un des airs d’Elmira, « Liebe, sag’, was fängst du an ? », la soprano sud-coréenne Yung Jung Choi nous éblouit par l’opulence de son timbre et sa virtuosité, avec une belle vocalise descendante sur le mot Schmerzen pour exprimer ses souffrances, puis des grappes de notes piquées sur le mot Freude pour dire sa joie, l’héroïne hésitant alors entre ces deux sentiments. Notre compatriote Marion Grange traduit fort bien les tourments amoureux dans l’air « Liebe, treibst du denn nur Spiel », les deux chanteuses étant réunies pour un duo joyeux, l’un des ensembles dont Keiser a émaillé sa partition.

 

De quoi amplement aiguiser l’appétit du mélomane, qui ne manquera pas cette occasion rare de voir une œuvre de Keiser en France. La distribution est complétée par Andriy Gnatiuk, Benoît Rameau, Inès Berlet, Jorge Navarro Colorado, Laurent Deleuil et Charlie Guillemin.

 

Laurent Bury

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Christian Dresse

© Marc Ginot

Solon devant Crésus (Gerard van Honthorst, 1624)

En janvier 1999, au Staatsoper de Berlin, René Jacobs ressuscitait Croesus, l’un des premiers chefs-d’œuvre de l’histoire de l’opéra allemand. Auteur d’une soixantaine d’œuvres scéniques, Reinhard Keiser (1674-1739) fut pendant plusieurs décennies l’un des piliers de l’Opéra de Hambourg, le Gänsemarktoper ou Opéra du Marché aux oies, vaste salle de deux milles places inaugurée en 1678, deuxième théâtre lyrique au monde à ne pas dépendre d’une cour royale ou aristocratique (après le Teatro San Cassiano de Venise, ouvert en 1636). Au cours de la saison 1710-1711, Keiser présenta un Crésus, d’inspiration tout à fait vénitienne par son mélange de comique et de tragique. Il s’agissait en l’occurrence de l’adaptation teutonne d’un livret mis en musique en 1678 à Vienne par Antonio Draghi. Si ce Crésus est entièrement en allemand, il n’était pas rare à l’époque que

Lundi 13 septembre, l’équipe de cette production en proposait quelques extraits dans un lieu tout à fait idoine : l’Hôtel de la Monnaie, qui conserve justement une « créséide », une monnaie d’or frappée par le roi Crésus, qui régna de 561 à 546 sur la Lydie, en Asie mineure. Johannes Pramsohler a expliqué pourquoi cette œuvre lui tenait à cœur, le metteur en scène Benoît Bénichou a présenté les options retenues pour sa mise en scène, qui transpose l’œuvre à notre époque, dans un décor abstrait essentiellement constitué d’un grand cube d’or.