L'Enlèvement au sérail de Luk Perceval à Genève

(sur des musiques de Mozart...)

 

Grand Théâtre de Genève, représentation du dimanche 02 février 2020

 


DISTRIBUTION

 

Chanteurs

Konstanze Olga Pudova 
Blondchen Claire de Sévigné
Belmonte Julien Behr
Pedrillo Denzil Delaere
Osmin Nahuel Di Pierro

 

Comédiens :

Françoise Vercruyssen

Iris Tenge

Joris Bultynck

Patrice Luc Doumeyrou

 

Orchestre de la Suisse Romande; Choeurs du Grand-Théâtre de Genève, dir. Fabio Biondi

Mise en scène Luk Perceval

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Félicité CHARMILLE

à

Hector BERLIOZ

  Paradis des musiciens

(aux bons soins de Sainte Cécile)

 

         

 

 

         

 

 

 

 

 

 

          Quand je pense, mon cher Hector, que le mollet galbé dans un bas blanc de notre

Célestine Galli-Marié avait choqué la critique et le public lorsqu'elle apparut pour la première

fois en Carmen sur la scène de l’Opéra-Comique… Qu’auraient-ils dit s’ils avaient vu, comme

ce fut mon cas la semaine dernière, une autre partie du corps, également bien galbée – mais

que la décence m’empêche de nommer – du brave Osmin de L’Enlèvement au Sérail ? Non

Hector, vous ne rêvez pas, les metteurs en scène du nouveau siècle se permettent des choses

stupéfiantes, et ce geste d’Osmin m’a d’autant plus surprise qu’il était directement adressé aux

spectateurs du Théâtre de Genève, lesquels n'ont pas donné l'impression de s'en offisquer le

moins du monde...

                                                                                          Célestine Galli-Marié (Lucien Doucet)

 

                                                         

 

                                                                    Je n’ose imaginer, mon Dieu, l’état dans lequel se serait trouvée mon amie                                                                  Adélaïde Charlotte Louise Éléonore d'Osmond si elle eût assisté à ce spectacle. Les                                                            sels de pâmoison les plus puissants et les plus capiteux n’eussent pu, je le gage, la                                                                tirer d’un évanouissement certain – et peut-être fatal.

 

                                                                   La soirée fut cependant captivante à bien des égards. De toute évidence, les artistes                                             ont travaillé à partir d’une version méconnue du Singspiel de Mozart. Plus de sérail,                                                           plus d’enlèvement, plus de Pacha Selim. Plus d’action à vrai dire. Mais des gens qui                                                             marchent très, très vite (dans l’espoir, probablement, d’attraper le dernier fiacre ?),                                                           puis qui courent. Puis qui s’arrêtent net (ont-ils manqué le fiacre ?). Puis qui                                                                       s’assoient (dépités d’avoir raté le fiacre ?), et se relèvent de temps en temps pour                                                                 déclamer de longs monologues. Puis se rassoient. Puis se relèvent. Puis qui courent.                                                           Puis qui se rassoient. C’était original.

 

Adélaïde Charlotte Louise Éléonore d'Osmond 

(Jean-Baptiste Isabey)

 

 

          J’ai pu ouïr, à l’occasion de ce spectacle, des expressions très curieuses, visiblement tout à fait  imagées, que j’entendais pour la première fois et dont le sens m’échappe totalement (« en avoir plein le cul », « se faire brouter la chatte », « se faire tartiner le fion »). Mais je vais tâcher de me renseigner pour connaître le sens de ces paroles et savoir pourquoi et comment elles ont été placées dans la bouche de Constance ou d’Osmin. Sans doute s’agit-il d’une volonté de Mozart et de son librettiste Gottlieb Stephanie, que les chercheurs et les musicologues ont récemment découverte et dont ils nous font  très heureusement profiter.

 

          Musicalement, la soirée, placée sous le signe de la jeunesse, fut fort agréable : les voix des femmes (Olga Pudova en Constance, Claire de Sévigné en Blondchen) étaient un brin acidulées, mais claires et bien projetées. Osmin (Nahuel Di Pierro) était superbe de tenue vocale et de graves profonds, Pedrillo (Denzil Delaere) subtil et bien chantant. Belle prestation également de Julien Behr en Belmonte, à la voix chaude et ductile. On ne joue plus Mozart, mon cher Hector, comme on le faisait « de notre temps ». Oserais-je dire :  tant mieux ? L’orchestre et la direction de M. Fabio Biondi ont paré la musique de notre cher Amadeus de mille couleurs originales, plus fraîches, plus étincelantes, moins pesantes pour tout dire que celles que nous avions (rarement, il faut bien l'avouer) l’occasion d’entendre lorsque nous étions en vie.

 

          Adieu mon cher Hector. Je vais de ce pas poursuivre mes recherches lexicographiques et ne manquerai pas de vous tenir informé du fruit de mes travaux.

 

 

                                                                                                                    Votre toujours très fidèle

 

Félicité Charmille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot