MONTPELLIER 2020-2021 : L'EXIGENCE POUR TOUS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y aura 7 opéras l’an prochain à Montpellier, pour peu que l’on considère comme des opéras  les Sept scènes de Faust de Schumann – lesquelles constitueront un moment majeur de la saison, l’occasion d’entendre l’œuvre de Schumann n’étant pas si fréquente, qui plus est en version scénique (la mise en scène sera signée Julian Rosefeldt) – et Le Journal d’un disparu de Janáček (mise en scène Ivo van Hove).

 

Ces œuvres allemande et tchèque ne seront que deux  étapes d’un voyage qui, passant bien sûr par la France (Werther, avec la première Charlotte de Marie-Nicole Lemieux),  nous mènera également en Italie (avec le Falstaff vu par David Hermann, que l’on aurait dû applaudir en mars dernier, et Le Barbier de Séville qui nous permettra d’entendre deux excellents chanteurs français : Adèle Charvet et Philippe Talbot, mais aussi le contre-ténor Ray Chenez en… Berta, dans une mise en scène qui s'annoce très "Movida" !) et jusque sur la lune avec l’opéra-féerie d’Offenbach, en tournée dans toute la France (ou presque).

On découvrira aussi avec curiosité et intérêt le Denis et Katya de Phillip Venables (livret et mise en scène de Ted Huffman), d’après le fait divers tragique qui avait bouleversé le monde en 2016 (les deux adolescents s’étant donné la mort en direct sur le net). Ce sera la création française de cet opéra, créé en septembre 2019 à Philadelphie (le livret anglais et russe sera, pour les représentations montpelliéraines, traduit en français).

 

Si l’on ajoute à ces œuvres un concert Bizet dirigé par Laurence Equilbey comportant des extraits des Pêcheurs de perles et de La Jolie Fille de Perth avec Patrizia Ciofi, Cyrille Dubois et Jérôme Boutillier, des Nuits d’été chantées par Angélique Boudeville, les Facce d’amore de Jakub Józef Orliński, les débuts (sauf erreur) de Philippe Jaroussky en tant que chef d’orchestre (Il primo omicidio de Scarlatti), on obtient comme toujours à Montpellier, une saison à la fois riche, originale et variée !

 

Notons enfin que devant les incertitudes liées au coronavirus, l'Opéra de Montpellier a décidé de proposer tous ses specactlacles à 10 euros  seulement de septembre à décembre. Un acte fort et courageux et un excellent moyen, sans doute, de faire venir un nouveau public !

 

 

 

 

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/montpellier

Ajoutez votre description de produit qui sera utile pour vos clients. Ajoutez les propriétés exclusives de votre produit qui inciteront les clients à vouloir l'acheter. Écrivez votre propre texte et style dans les propriétés de magasin sur l'onglet étiquette.