Saison 2020-2021 du Metropolitan Opera : diversité et qualité

 

Lors de la saison 2020-2021, le Metropolitan Opera proposera (ou accueillera) cinq nouveaux spectacles : Aida par Michael Mayne, L’Ange de feu selon Barrie Kosky, La Flûte enchantée par Simon McBurney (déjà appplaudie au Dutch National Opera d’Amsterdam, à l’English National Opera de Londres ou au Festival d’Aix-en-Provence) , le Don Giovanni qu’Ivan von Hove a monté pour le Palais Garnier (et qui n’avait pas soulevé un enthousisame délirant…), et le Dead Man Walking de Jake Heggie, par le même Ivan von Hove.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

    La Flûte enchantée selon Simon McBurney                           Don Giovanni selon Ivan von Hove

 

 

Comme d’habitude, LE GRAND ÉQUILIBRE DE LA PROGRAMMATION new-yorkaise fait rêver… De toute évidence, il ne s’agit pas pour le directeur de satisfaire ses propres goûts mais de proposer un panel d’ouvrages suffisamment large pour chacun puisse y trouver son compte. Les répertoires baroque et classique, évidemment peu adaptés à l’immensité des lieux, ne sont pas les plus présents mais ne sont pas pour autant oubliés, avec notamment Jules César, Don Giovanni ou La Flûte enchantée.

 

 

                                                                                               *

                                                                                           *      *

 

 

Des quatre sphères géographiques devant composer le socle de toute maison d’opéra, seule la Russie est absente, de façon fort regrettable…

 

Mais LA FRANCE sera représentée par trois ouvrages : Carmen Les Contes d’Hoffmann, Roméo et Juliette.

 

L’ITALIE s'illusrera par Aida, La Bohème, Nabucco, La Traviata ou Le Trouvère. Et surtout, le bel canto romantique, dramatiquement négligé par l’Opéra de Paris depuis des décennies, sera présent avec Roberto Devereux, dans la production que nous aurions dû voir cette saison au Théâtre des Champs-Élysées (et dans laquelle Sondra Radvanovsky triompha en 2016), et Le Pirate. Quand l’Opéra de Paris proposait cet hiver,chichement, deux petites soirées en version de concert, lesquelles ont dû être finalement annulées pour cause de grève, le Met met l’œuvre en scène du 7 mai au 4 juin et affiche deux chanteuses de renom dans le premier rôle féminin : Diana Damrau (dont l’adéquation avec le profil vocal d’Imogène reste cependant à prouver…) et surtout la grandiose Angela Meade, qui chantera également Imogène à Palerme en juin prochain. Leur Pirate sera Javier Camarena , qui a montré cet automne à Paris sa parfaite adéquation stylistique au répertoire bellinien.

 

 

LES PAYS GERMANIQUES contribueront eux aussi à la saison en lui offrant, outre les deux opéras de Mozart déjà cités, Tristan et Isolde, Fidelio et Lulu.

 

Notons que les répertoires des XXe et XXe siècles sont loin d'être oubliés, avec notamment Rusalka, Billy Budd, L’Ange de feu, Lulu et Dead Men Walking (cette dernière œuvre avec une affiche prestigieuse : Joyce DiDonato, Susan Graham, Étienne Dupuis et Yannick Nézet-Séguin à la baguette).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Juliette de Nadine Sierra à l'Opéra de Bordeaux en mars 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                  Benjamin Bernheim

                                                                                                  © Manon Leprévost

 

 

Côté chefs, outre les participations toujours très attendues et très appréciées de Yannick Nézet-Séguin (notamment dans Aida, Don Giovanni, Dead Men Walking, jolies preuves de son éclectisme !), on se réjouira de retrouver Lorenzo Viotti dans Carmen (qu’il dirigea superbement à Bastille la saison passée), et l'on sera curieux de découvrir la lecture des Contes d’Hoffmann proposée par Daniele Rustioni (avec Matthew Polenzani dans le rôle-tite) ; quant à Marco Armiliato, très à l’aise dans le premier ottocento, il devrait être dans son élément avec Nabucco.

 

Bref, il est temps de réserver votre bateau, votre avion, ou… votre place de cinéma, le Metropolitan proposant comme chaque année la retransmission de ses spectacles dans les salles de cinéma françaises !

 

 

 

Le détail de la saison 2020-2021 new-yorkaise est  

 

 

 

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                               

 

 

 

 

 

                                                                                                                 

                                                                                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/copie de credit_eric_bouloumie-0331-hd

Les distributions sont évidemment prestigieuses. On guettera en particulier les performances des trois sopranos distribués en Violetta : Ailyn Pérez, Anna Hartig et Lisette Oropesa (l’un de leurs Germont sera Amartuvshin Enkhbat, acclamé cette saison en France dans Ernani), et les superbes Azucena et Luna d’Anita Rachvelishvili et de Ludovic Tézier.

Sonya Yoncheva et Piotr Beczala incarneront Rusalka et son Prince. Ceux qui n’ont pas pu applaudir Nadine Sierra en Juliette à Bordeaux prendront peut-être l’avion pour la retrouver dans le même rôle outre-Atlantique, non plus aux côtés de Pene Pati mais dans les bras de Benjamin Bernheim.

gallery/bernheim (c) manon leprévost

Parmi les interprètes français présnts à New York en 2020-2021, signalons également, outre Ludovic Tézier et Benjamin Bernheim,  Clémentine Margaine dans l’une des distributions de Carmen, et Stanislas de Barbeyrac en Tamino (qu'il chantera d'ailleurs également à Bastille au cours de la même saison).  Anna Netrebko affrontera le rôle meurtrier d’Abigail, et Pretty Yende retrouvera Rosine, confirmant ainsi une nouvelle tendance qui consiste à faire fi des efforts menés depuis quelque 70 ans pour réattribuer le rôle aux mezzos. Enfin, Roberto Devereux verra s’affronter deux chanteuses qui, lorsqu’elles sont en forme, laissent loin derrière elles beaucoup de leurs rivales : Angela Meade et Jamie Barton.