SAN CARLO - ÉTÉ 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

C'est presque un véritable festival de musique qui sera organisé cet été à Naples sur la belle Piazza del Plebiscito. :

 

Anna Netrebko est annoncée les 23 et 26 luillet prochains dans une Tosca qui sera donnée en version de concert par les forces du San Carlo (dirigées par Juraj Valčuha).  Elle sera évidemment accompagnée de son mari Yusif Eyvasov (Mario) ; Ludovic Tézier chantera Scarpia.

Croisons les doigts pour que le rôle de Tosca "convienne" encore à la diva le mois prochain : elle vient en effet d'annuler ses Salomé new-yorkaises, estimant que le rôle ne lui convenanit pas. (Pour rappel, elle avait fait de même pour ses Norma londonniennes en 2016...) 

 

Quelques jours plus tard, c'est Verdi qui sera à l'honneur avec une Aïda à la distribution absolument éblouissante : Anna Pirozzi chantera le rôle-titre, Jonas Kaufmann sera Radamès, Anita Rachvelishvili Amneris, Claudio Sgura Amonasro et Roberto Tagliavini Ramfis : qui dit mieux ?

 

Pour ces deux spectacles, les prix s'échelonnent d'environ 60 à 250 euros, et même 300 si vous souhaitez applaudir M. et Mme Netrebko.

 

Enfin, le 30 juillet, les forces du San Carlo interpréteront la 9e Symphonie de Beethoven sous la direction de Juraj Valčuha. Les solistes seront Maria Agresta, Daniela Barcellona, Antonio Poli et Roberto Tagliavini.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UNE SAISON 2020-2021 TRÈS ITALIENNE ET TRÈS XIXe

 

 

La prochaine saison du San Carlo ouvrira avec La Bohème dans une production signée Emma Dante et dirigée par le chef maison Juraj Valcuha, pour deux séries de représentations : la première (en décembre) sera interprétée par de jeunes chanteurs se produisant pour la première fois sur la scène du San Carlo (Selene Zanetti, Damiana Mizzi, Stephen Costello, Ilya Kutyukhin, Pietro Di Bianco) ; la seconde série (en juillet) fera appel à Eleonora Buratto (Mimi), Piero Pretti (Rodolfo) et Andrzej Filończyk (Marcello).

 

Le reste de la programmation sera essentiellement italien et consacré au XIXe siècle (Rigoletto, Le Turc en Italie, La Traviata, L’Élixir d’amour). On note une excursion vers le XVIIIe siècle avec un Don Giovanni qui verra la présence, à la baguette, de Riccardo Muti (en février) ; deux autres vers le (tout) premier XXe siècle avec Salomé et Madame Butterfly ; deux, enfin, vers le répertoire français avec Carmen et Les Pêcheurs de perles.

 

Côté metteurs en scène, on note les venues, outre celle d’Emma Dante, de Ferzan Özpetek (le réalisateur turco-italien de Hammam,  le bain turc) pour La Traviata, de Daniele Finzi Pasca, le metteur en scène suisse ayant déjà travaillé notamment pour le Cirque du Soleil, ou de Damiano Michieletto pour L’Élixir d’amour.

 

Côté voix, plusieurs grands noms sont attendus. Entre autres :  René Barbera et Aida Garifullina (Rigoletto), Julie Fuchs (Le Turc en Italie), Anna Pirozzi (Madame Butterfly), Ailyn Pérez et Jessica Pratt (La Traviata),  Elīna Garanča et Jean-François Borras (Carmen), Xabier Anduaga et Nicola Alaimo (L’Élixir d’amour), Lawrence Brownlee et Nino Machaidze (Les Pêcheurs de perles).

 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/napoli_piazza_plebiscito_01_storia_jpg_1200_630_cover_85