11 mai 2020

 

L'OPÉRA DE DIJON DANS LA TOURMENTE

 

Qui est allé à l'Opéra de Dijon cette saison sait que les artistes qui y travaillent traversent une période difficile. Régulièrement, avant les specacles, des tracts étaient distribués aux spectateurs, rappelant que François Sauvadet, président du département de la Côte-d'Or, a mis fin l'été dernier aux subventions jusqu'ici accordées à l'institution. L'Opéra de Dijon n'en a été informé que par un simple courrier, et sans recevoir d'explications convaincantes. 

 

Autre coup dur : le limogeage de Laurent Joyeux, annoncé depuis février . Le maire de la ville, François Rebsamen, a décidé de ne pas renouveler le contrat du directeur général et artistique, pourtant visiblement apprécié par les artistes - en témoigne cette lettre déjà signée par plus de 200 artistes (musiciens, chanteurs, metteurs en scène,...) travaillant dans la maison. L'émoi a été d'autant plus vif que la programmation de l'Opéra de Dijon est maintenant unaniment appréciée : il s'agit sans doute d'une des programmations les plus originales et des plus exigeantes de France (l'établissement a d'ailleurs été promu Théâtre lyrique d'intérêt national en 2017). Mi-février, aucune procédure de recrutement, aucun appel d’offre n’avaient encore  été lancés, ce qui, selon certains, pouvait laisser penser que le nouveau directeur était déjà choisi... 

 

Ci-dessous, la lettre ouverte adressée par les artistes  au Président de la République, au Ministre de la Culture et au Maire de Dijon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

 

Le 11 mai 2020

Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire,

 

Le contrecoup de la crise sanitaire due au COVID-19 est, tant pour les artistes que pour les structures culturelles, dramatique. Dans les mois et les années qui viennent, les conséquences de cette période de crise économique et de cessation d’activité sur tous les secteurs de la vie culturelle seront extrêmement lourdes. Il faudra réorganiser les saisons et monter des projets en urgence pour remettre en route la vie culturelle de notre pays. Il faudra redimensionner les spectacles prévus en fonction d’une situation financière des ensembles et des maisons très détériorée. Il faudra accompagner les artistes dont la précarité aura été accentuée et renouer un lien distendu avec les publics. Il faudra réinvestir pleinement l’ensemble des champs de l’éducation artistique et culturelle, et se réinventer en préservant l’excellence artistique et l’exigence collective d’offrir le meilleur au plus grand nombre.

 

Le secteur culturel lyrique et musical est un éco-système complexe. Pour assurer la pérennité des artistes, des ensembles comme des maisons dans cette situation inédite par ses dégâts et son ampleur, il faudra des hommes et des femmes fins connaisseurs de celui-ci, sachant naviguer à vue et dans l’intérêt général au sein des relations complexes qui unissent artistes lyriques, musiciens, metteurs en scène, agents, maisons d’opéra et associations professionnelles. Des hommes et des femmes dont le crédit auprès de ces derniers sera important et incontestable.

 

Nous, artistes en résidence et associés de l’Opéra de Dijon, artistes et musiciens ayant contribué à son activité et son rayonnement, avons appris récemment le remplacement brutal et sans concours de Laurent Joyeux.

 

Pourtant, l’oeuvre qu’il a construite à Dijon est considérable. L’Opéra de Dijon fait désormais partie d’un réseau international prestigieux. Il produit et co-produit avec les plus grandes maisons françaises et européennes. Il rayonne à travers des productions régulièrement primées : en 2019, Les Boréades, prix de la Meilleure co-production européenne et La Finta Pazza nommée aux Opera Awards. Un public fidèle, curieux et nombreux s’y développe de manière remarquable depuis dix ans. Les plus grands artistes du monde entier apprécient de se produire dans cette maison innovante et inventive qui s’est imposée cette dernière décennie comme un lieu essentiel de la vie musicale européenne. C’est tout cela qui est menacé et risque de disparaitre aujourd’hui.

 

M. le Président, M. le Ministre, M. le Maire, au plus fort de la tourmente, quand la vie et la survie dépendent de décisions qui ne laissent aucun droit à l’erreur, on ne change pas un capitaine reconnu par tous, qui a la confiance de ses pairs européens et des artistes et qui a largement fait ses preuves. Nous, artistes, voulons pouvoir compter sur lui pendant les années à venir pour faire face à la tempête.

 

C’est pourquoi nous vous demandons solennellement de revenir sur cette décision et de maintenir Laurent Joyeux à la tête de l’Opéra de Dijon.

Son soutien nous est indispensable et précieux pour sauver nos ensembles, nos métiers, nos publics et conserver l’Opéra de Dijon comme une maison rayonnante et dynamique au coeur du circuit musical et lyrique européen.

 

M. le Président, M. le Ministre, M. le Maire, nous comptons sur vous.