Opéra de Paris 2020-2021 : une saison morose...

 

 

Une seule distribution des différents specatcles proposés la saison prochaine se révèle véritablement excitante sur le papier : celle d’Aida, qui devrait réunir Sondra Radvanovsky, Jonas Kaufmann, Elina Garanca et Ludovic Tézier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© DR                              © Julian Hargreaves             © Paul Schimhofer/DG

 

Mais le choix de l’œuvre interroge : certes, la récente mise en scène d’Olivier Py n’avait pas convaincu grand monde. Fallait-il pour autant proposer de nouveau Aida au public parisien, alors que la dernière nouvelle production de l’œuvre remonte à 7 ans à peine ? La question se pose d'ailleurs également pour Manon (une Manon à Bastille en 1997, suivie d’une autre en 2012 et d’une troisième en 2020, quand le vaste plateau de l’Opéra Garnier serait déjà surdimensionné pour l’opéra-comique de Massenet !) et pour l’actuel Ring (qui sera repris la saison prochaine) : deux nouvelles Tétralogies intégrales en si peu de temps, est-ce bien raisonnable, quand tant d’autres œuvres majeures attendent une reprise (voire une création !) depuis de longues années ?… Sans parler du nouveau Faust, qui certes, permettra d'entendre la Marguerite d'Ermonela Jaho, mais enfin la mise en scène de Martinoty date d'il y a à peine 9 ans... Quid de Roméo et Juliette, par exemple, que l'on n'a plus entendu depuis la mise en scène de Lavaudant au Palais Garnier en ... 1982  ? 

 

On nous permettra d’être sceptique sur le spectacle dédié à Maria Callas, 7 deaths of Maria Callas, présenté comme un hommage à la Divine mais qui, à côté de trois incarnations majeures de Callas (Tosca, Traviata, Norma), convoque également Butterfly qu’elle ne chanta qu’au cours de trois soirées (à Chicago en 1955), ainsi que Desdémone et Carmen qu’elle n’incarna, comme on sait, jamais sur scène !

 

 

Vocalement, on se réjouit de la présence de Julie Fuchs en Adina ou Pamina, de Cyrille Dubois et Stanislas de Barbeyrac en Tamino, d’Elina Garanca en Carmen (mais pour deux soirs seulement…), de Bryn Terfel en Dulcamara, de Diana Damrau dans Capriccio, de Véronique Gens, Florian Sempey et Stanislas de Barbeyrac dans l’Iphigénie géniale – ou lamentable, c’est selon – de Warlikowski.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julie Fuchs © Sarah Bouasse                                                                                   Stanislas de Barbeyrac © Jérôme H. Bellocq            Véronique Gens © Marc Ribes

 

 

C’est bien peu… D’autant que l’essentiel des productions proposées consiste en des reprises, et que le prix des places grimpe jusqu’à 200 euros et plus. On a malheureusement fini par s’habituer à ces tarifs exorbitants, et le concept de l’opéra populaire qui avait présidé à la création de l’Opéra Bastille semble maintenant définitivement enterré…

 

L’Opéra de Paris paie bien sûr le prix d’une saison 2019-2020 houleuse, en raison d’annulations dues aux mouvements sociaux et au coronavirus. Espérons que les choses seront plus sereines en 2020-2021…

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/sondra dr
gallery/jonas julian hargreaves
gallery/garanca
gallery/tézier
gallery/fuchs bouasse
gallery/barbey jérôme h. bellocq
gallery/gens marc ribes