REIMS 2020-2021 : trois chefs-d'oeuvre, sinon rien !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Opéra de Reims ne recule pas devant les chefs-d’œuvre, puisque trois piliers du répertoire seront proposés au cours de la prochaine saison : Carmen tout d’abord, dans la mise en scène de Paul-Émile Fourny, déjà proposée à Metz il y a un peu plus d’un an – et qui avait été globalement plutôt bien accueillie. Ludivine Gombert sera Micaëla, Christian Helemer Escamillo, Thomas Bettinger Don José. A priori, c’est Alhima Mhamdi qui incarnera la gitane, et non Mireille Lebel (qui faisait partie de la distribution messine) comme l’indique curieusement le texte de présentation du spectacle.

Second chef-d’œuvre programmé : le Didon et Enée de Purcell, par le talentueux Johannes Pramsohler à la tête de son Ensemble Diderot. (Benoît Benichou signe la mise en scène). Ce sera l’occasion d’entendre Chantal Santon Jeffery et Romain Bockler dans les rôles-titres.

Enfin, La Traviata sera le dernier opéra de la saison. Oriol Tomas signe la mise en scène, Erminie Blondel et Raffaele Abete chanteront respectivement Violetta et Alfredo.

 

Trois autres spectacles moins attendus viennent compléter la saison : une version chorégraphiée (par Angelin Preljocaj) du Voyage d’hiver (avec Thomas Tatzl) ; Aucassin et Nicolette, que Mario Castelnuovo-Tedesco écrivit en 1938 ; et on se réjouit de voir programmé le désopilant M. Choufleuri restera chez lui le… d’Offenbach - même si la promesse d’un « french cancan endiablé, comme le veut l’usage » ( ?) à la fin de l’ouvrage laisse un peu perplexe…


 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot