Une Somnambule qui chante et danse à l'Opéra Royal de Wallonie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             

 

 

                                                                                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 


                 

Première Loge : Comment avez-vous composé avec cette relative absence de dramatisme ?

Jaco Van Dormael : Nous avons en fait donné la priorité non au narratif, mais à l’imagerie, aux sensations, aux émotions qui peuvent en découler… et surtout à la danse. Nous avions très envie de réaliser enfin un « opéra dansé ».

Michèle Anne De Mey : Le livret, certes, relève parfois du simple vaudeville. Mais il est transcendé par la musique, et notre idée a été précisément de proposer une forme de narration musicale et chorégraphique. J’ai été surprise en avançant dans ce travail de me retrouver finalement dans la posture d’un chorégraphe face à un argument de ballet !

 

Première Loge : Peut-on dévoiler quelques éléments  de la scénographie ?

Jaco Van Dormael : Elle est très simple : les éléments de décor sont placés au centre, il n’y a guère d’accessoires ; les solistes sont devant, les choristes à droite et à gauche du plateau. Nous utilisons la vidéo pour, notamment, des projectuions de décors sur le sol. Les personnages évolueront d’ailleurs parfois couchés, ce qui donne à leurs déplacements un aspect atypique, irréel, parfois clownesque, notamment pour les pantomimes qui prennent en charge l’aspect narratif de l’œuvre. Mais lorsque les danseurs se lèvent, on quitte le narratif pour une émotion émanant de la musique elle-même – ce qui apporte nous semble-t-il une certaine forme de variété : si un personnage chante trois fois la même chose, comme cela arrive à l’opéra, on ne verra pas pour autant  trois fois la même chose !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                 

                                Répétitions de La Somnambule (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)

 

 

Première Loge : Michèle Anne De Mey, quelle sera exactement la part de la danse dans le spectacle ?

Michèle Anne De Mey : Il faut en fait considérer notre travail comme une forme d’assemblage de plans différents : les voix, la musique, la chorégraphie, les images, tout concourt à faire sens et à susciter l’émotion. Les personnages ont en quelque sorte plusieurs incarnations : l’une provient de l’image, une autre du chanteur, une autre d’un danseur ou d’un acrobate…

 

Première Loge : Mais les chanteurs, finalement, joueront-ils la comédie ou seront-ils dans une posture qui est celle des versions de concert ?

Michèle Anne De Mey : Il me semble en fait que la posture que les interprètes doivent adopter pour chanter comporte déjà une part de jeu dramatique et constitue presque en soi un espace de représentation.

Jaco Van Dormael : Les chanteurs joueront, mais dans un registre particulier, différent, beaucoup plus minimaliste, peut-être plus « réaliste » si je puis dire. Nous les avons finalement laissés assez libres de leurs mouvements. Ce sera le rôle des danseurs que d’apporter la résonnance physique au chant et à la musique de Bellini !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                  Répétitions de La Somnambule (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)

 

 

Première Loge : Ce type de travail, très particulier, très atypique, nécessite-t-il un travail plus long que pour une production lambda ?

Jaco Van Dormael : Bellini, paraît-il, a composé son œuvre en deux mois… Il est vrai que nous avons travaillé un peu plus longtemps ! Nous avons bien sûr anticipé les choses avec les danseurs : nous avons notamment travaillé à partir de l’enregistrement d’une production que Speranza Scappucci avait dirigée à Rome (NDR : en février 2018, avec Jessica Pratt). Nous sommes quasiment arrivés à Liège avec la chorégraphie, dans laquelle finalement les chanteurs se sont insérés.

Michèle Anne De Mey : La musique de La Somnambule est difficile et exigeante pour eux. Notre conception du spectacle leur permet de se consacrer pleinement au chant, et c’est en fait la superposition du chant, des images et de la danse qui forme un tout vecteur d’émotions – nous l’espérons du moins…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                             

                               Répétitions de La Somnambule (© Opéra Royal de Wallonie-Liège)

 

 

 

Première Loge : La danse et le chant… Ils co-existent bien souvent, mais finalement, leur fusion n’est pas si fréquente à l’Opéra !

Michèle Anne De Mey : Non, et ce sera le cas dans ce spectacle, d’autant que nous avons des danseurs ou des acrobates qui connaissent, apprécient, lisent la musique. L’équipe réunie est vraiment extraordinaire : je suis secondée dans mon travail par Johanne Saunier, Violette Wanty ; la troupe franco-américaine les Back Pocket participe également au spectacle… C’était un enjeu important pour nous : réinsérer la danse dans l’opéra. Ce sont deux arts qui se complètent merveilleusement bien… Ils ne devraient jamais être appréhendés l’un contre l’autre, mais au contraire, toujours l’un avec l’autre.

 

 

La Somnambule, à l’Opéra Royal de Wallonie, du 13 au 21 mars 2020.

 

Interview réalisée par Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

Retransmission en direct le jeudi 19 mars, sur la plateforme de France TV à 20h00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

gallery/la sonnambula - répétition - ©opéra royal de wallonie-liège-010

Bien sûr, l’affiche donne à lire des noms très alléchants : Nino Machaidze, René Barbera, Marko Mimica !

Mais en parcourant le programme, on découvre également que le metteur en scène sera secondé par  une chorégraphe, qu’il y aura sur scène non seulement des danseurs mais aussi… , un trempoline  des acrobates, un funambule !

 

Voilà qui a attisé la curiosité de Première Loge…

Nous avons cherché à en savoir plus et donc demandé quelques explications aux principaux artisans du spectacle : le metteur en scène Jaco Van Dormael et la chorégraphe Michèle Anne De Mey.

 

Toutes les conditions semblent réunies pour que les spectateurs de cette Somnambule liégeoise vivent un rêve éveillé !  

gallery/la sonnambula - répétition - ©opéra royal de wallonie-liège
gallery/la sonnambula - répétition - ©opéra royal de wallonie-liège-017
gallery/madm&jvd - la sonnambula - opéra royal de wallonie liège-001

Première Loge : Le livret de La Somnambule est réputé naïf et peu dramatique… Comment avez-vous réagi quand on vous a proposé cette œuvre ?

Jaco Van Dormael : Mais c’est nous qui l’avons proposée ! Michèle, plus exactement. C’est vrai qu’a priori il ne se passe pas grand-chose dans l’œuvre… Cela me fait penser à une BD fraîche, naïve, dans laquelle finalement il ne se passe presque rien... un peu comme dans Les Bijoux de la Castafiore !