Le Théâtre des Champs-Élysées,

première scène lyrique parisienne en 2020-2021 ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Opéra de Paris ayant été contraint de réduire considérablement sa saison 2020/2021, celle du Théâtre des Champs-Élysées, était particulièrement attendue. Elle devrait satisfaire le lyricophile le plus exigeant par la variété des titres proposés et le soin accordé aux distributions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gustave Moreau, Salomé dansant

 

Les opéras donnés en version de concert offrent quant à eux un éclectisme réjouissant : l’opéra baroque et classique est bien sûr très présent (Didon de Desmaret, Tamerlano de Haendel, Oresteun pasticcio de Haendel, L’Olimpiade de Vivaldi, Cosi fan tutte) ; mais on entendra également des opéras français (Werther, version pour baryton avec Simon Keenlyside), romantiques allemands (Parsifal) et italiens (Les Puritains, Un Bal masqué), de même qu’un Capriccio venu de l’Opéra de Dresde.

Côté voix, l'affiche de la Didon de Desmaret est absolument royale : Véronique Gens, Reinoud Van Mechelen, Marie Perbost, Marie Gautrot, Guilhem Worms, Hervé Niquet à la baguette ! Mais on sera également particulièrement heureux de retrouver Brandon Jovanovich et Anja Kampe dans Wagner,  Julia Lezhneva, Jakub Orlinski, Franco Fagioli, Bejun Mehta ou Michael Spyres dans Haendel, Sandrine Piau, Vittorio Prato et Michael Spyres dans Mozart (Cosi), ou encore Jessica Pratt en Elvira des Puritains, après le triomphe remporté dans ce même rôle à Marseille en novembre dernier, aux côtés de Xabier Anduaga, le ténor belcantiste qui monte - et qui a remporté un très beau succès en Almaviva cette saison à Rouen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anja Harteros © OnP                           Karine Deshayes © Aymeric Giraudel         Vittorio Prato © Silvia Bordin

 

 

Enfin, les amateurs de récitals se précipiteront aux concerts donnés par Anja Harteros, Jonas Kaufmann, Lisette Oropesa, Sabine Devieilhe, Jodie Devos, Patrizia Ciofi, Lea Desandre, Sonia Yoncheva, Philippe Jaroussky, Sumi Jo, Olga Peretyatko, Elsa Dreisig, ou encore Pretty Yende et Benjamin Bernheim. Un récital  attire particulièrement l'attention : il s'agit d'un concert à trois voix (Rachel Willis-Sørensen, Karine Deshayes, Erwin Schrott), au cours duquel seront interprétées des pages de Mozart, Bellini, Rossini et Donizetti. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisette Oropesa © Jason Homa                   Reinoud Van Mechelen © Agathe Poupeney         Pretty Yende et Benjamin                                                                                                        Bernheim © E. Bauer/OnP

 

Terminons enfin par une excellente nouvelle : la prise en compte du répertoire dit léger, avec deux spectacles (malheureusement non mis en scène) : une Belle Hélène qui s'annonce plus que prometteuse (Michèle Losier et Cyrille Dubois !), et surtout le retour de La Fille de Madame Angot, avec une affiche qui, sur le papier, semble tout simplement idéale : Anne-Catherine Gillet, Véronique Gens, Mathias Vidal, Yann Beuron, Flannan Obé, et Sébastien Rouland à la baguette !

 

Belles émotions lyriques en perspective...  Et si le T.C.E. était tout simplement la première scène lyrique parisienne en 2020/2021 ?...

 

Stéphane Lelièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/le docteur miracle 1 (c) michel slomka

© Christian Dresse

© Marc Ginot

© Marc Ginot

gallery/tce
gallery/gustave-moreau-salome-dancing-2-

Comme chaque année, opéras mis en scène alternent avec opéras donnés en version de concert. Dans la première catégorie, c’est sans doute la nouvelle Salome qui cristallisera les attentes du public : Patricia Petibon incarnera la princesse, et sera dirigée scéniquement par Krzysztof Warlikowski. Patricia Petibon sera également à l’affiche d’une Voix humaine, couplée avec une création mondiale : Point d’orgue de Thierry Escaich. Olivier Py assurera la mise en scène. Poulenc, Petibon, Py : le trio qui avait mené Dialogues des carmélites au triomphe en 2013 se voit ainsi reconstitué… Après une Somnambule donnée en version de concert en 2016 avec Sabine Devieilhe, c’est cette fois-ci mis en scène que le chef-d’œuvre de Bellini fera son retour, avec dans le rôle-titre Nadine Sierra qui vient de triompher en Juliette de Gounod à Bordeaux

Notons enfin non pas un opéra mais un oratorio mis en scène : le Messie de Haendel (version Mozart), dirigé par Marc Minkowski. Bob Wilson assurera la réalisation scénique du spectacle.

gallery/harteros onp
gallery/deshayes_karine_(c)_aymeric-giraudel
gallery/oropesa.lisette.-c-jasonhoma
gallery/yende bernheim (c) e. bauer - onp
gallery/bw_silvia-bordin-vittorio-prato3569ok copia
gallery/reinoud van mechelen(c)agathepoupeney-répétitions richardcdl7